Moniales cisterciennes en Méditerranée occidentale

M. Alvergnat, S. Demarthe et G. Mallet (dir.), Moniales cisterciennes de Méditerranée occidentale (XIIe-XVIe siècle)Histoire, histoire de l'art, archéologie, mise en perspective, éditions Guilhem, 2017. 

L'analyse du corpus des monastères cisterciens du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, établi par Marion Alvergnat dans le cadre de ses recherches doctorales, a mis en relief l'existence de onze établissements de moniales. Tous ou presque ont été éclipsés par les puissantes abbayes de Valmagne et de Fontfroide qui ont capté l'essentiel de l'attention des chercheurs depuis plusieurs générations. POur d'autres régions de France et d'Europe, les publications amènent à un constat similaire. Sans être oubliés par les historiens et les historiens de l'art, les csterciennes et leurs établissments monastiques ont été des thèmes peu étudiés comparativement à la masse de travaux consacrés à l'Ordre dans ses divers aspects. 

Ce volume d'études propose ainsi de reconsidérer ce sujet à travers des regards contemporains, jeunes et renouvelés. Aux contributions d'Alexis Grélois, Marion Alvergnat, Sylvain Demarthe et Gisèle Clément, portant plus spécifiquement sur notre région, s'ajoutent celles de Christophe Balagna sur le Toulousain, de Ghislain Baury et Emma Liaño Matinez sur la péninsule Ibérique . Jean-Baptiste Vincent, quant à lui, enrichit la réflexion en posant son regard sur un exemple plus septentrional.