À l'est d'Ani. Forteresses et églises inédites du nord de l'Arménie

Mémoire de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, tome 57. 

Avec la participation de Michel Dupin, Julie Monchamp et Philippe Sablayrolles. Préface de Jean-Pierre Mahé, Membre de l'Institut de France

A travers la monographie de huit sites archéologiques, pour la plupart inédits ou n’ayant fait l’objet que de brèves publications, l’ouvrage esquisse un tableau de la partie orientale de la province historique d’Ayrarat – correspondant aux régions administratives du Širak et de l’Aragacotn dans l’actuelle République d’Arménie. L’histoire de ces terres de marches toujours très disputées est dominée par l’opulente cité d’Ani. Aujourd’hui située en Turquie, elle focalise l’attention des chercheurs depuis la fin du XIXe siècle. La mission archéologique française dont les travaux sont présentés dans cet ouvrage s’est d’abord consacrée à l’étude du patrimoine monumental de cette ville-capitale (de 1998 à 2005). Puis elle s’est transportée sur la rive orientale de l’Axurean-Arpaçay qui marque la frontière moderne. Pendant sept ans, elle s’est intéressée à des sites variés et complexes, associant des ouvrages à vocation défensive, cultuelle, économique, résidentielle etc. Principalement actifs du Xe siècle au début du XIVe siècle, ils intègrent fréquemment des monuments antérieurs à la conquête arabe de l’Arménie au VIIe siècle. Ils nous sont parvenus à travers les transformations d’une période moderne non moins troublée. Pour chacun des sites, l’étude s’appuie sur un travail de relevés inédit, complété par des sondages en stratigraphie du sol, un réexamen des sources littéraires et épigraphiques et, lorsque cela s’est avéré possible, par la consultation d’archives.