Fernand Peloux : Création(s) et recréation(s) d'une mémoire hagiographique dans le Languedoc médiéval. Une enquête collective sur le légendier de Moissac

Le Jeudi, 18. avril 2019 - 0:00
Salle 165 à l’Université Paul Valéry - Site Saint-Charles

Séminaire thématique du CEMM - 14 heures salle 165

Résumé : Il s’agira de rendre compte d’une enquête collective sur le plus important manuscrit hagiographique conservé pour le Midi médiéval avant le XIVesiècle. Produit peu après l’an mil, le légendier de Moissac n’est pas seulement le plus grand des manuscrits hagiographiques de son temps : il transmet des textes rares, essentiels pour la compréhension des premiers temps chrétiens dans le Midi de la Gaule mais également dans d’autres régions, de la péninsule Ibérique à la Perse, du Nord de la Gaule à l’Afrique. On s’attachera d’abord à réfléchir à la manière dont il a été fabriqué en tentant d’identifier les modèles qu’avaient sous les yeux les copistes. Les manuscrits apparentés à cet immense légendier obligent à une enquête qui conduit de l’Espagne wisigothique aux milieux dominicains du XIVesiècle en passant par Lyon, le Poitou et la Touraine. Pour mieux comprendre les raisons de la fabrication d’un tel légendier on s’attardera ensuite sur les usages de ce manuscrit dont la confection intervient peu avant l’affiliation de l’abbaye de Moissac à Cluny. Dès lors, l’établissement s’invente une geste des origines en se rattachant à la figure de Clovis. Le manuscrit est alors gratté et les moines confectionnent en outre d’autres manuscrits hagiographiques pour s’accorder à cette nouvelle tradition.